lieutenant d'artillerie, 1915

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

lieutenant d'artillerie, 1915

Message  barreaud philippe le Jeu 15 Nov - 16:07

Bonjour.
La dernière ligne de mon dernier post a montré l'arrivée d'une nouvelle figurine.
[/url][img][/img]

Ceci me donne l'occasion de revenir sur de vieilles rengaines pour exliquer le choix d'une figurine par rapport à d'autres.
Metal modeles sort de remarquables figurines, mais l'officier d'infanterie 14-18 en bleu horizon ne m'avait pas remué plus que çà. A Blagnac, par contre, la version de Jean Paul Dana à partir d'une sous couche complètement noire m'a hautement intéressé par la profondeur des ombres qui revenaient. Mais là encore, .... puis il a fallu que je retombe sur une photo de mon grand oncle et parrain qui avait fait les deux guerres dans l'artillerie et apparaisse en vareuse bleu horizon mais pantalon bleu nuit avec ''l'autoroute'' ou bandes de commandement écarlate sur les coutures, pour que l'idée d'une figurine moins monochrome germe dans mon esprit.

[img][/img]

Novembre, mois du souvenir de la grande guerre. Côté maternel, trois frères s'y sont frotté et en sont revenus. Dont mon grand père.

[img][/img]

La pose du lieutenant de MM, convient particulièrement à ce grade et à cette période. De plus, je suis tombé sur une boite de lunettes binoculaires qui m'ont permis un bricolage affreux pour reproduire , au plus près , un instrument sans le quel un artilleur est vite perdu.
Banco! voilà le départ de ma figurine.
avatar
barreaud philippe
Ecuyer
Ecuyer

Messages : 173
Date d'inscription : 13/04/2011
Age : 70
Localisation : Nice

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: lieutenant d'artillerie, 1915

Message  barreaud philippe le Jeu 15 Nov - 16:26

Mais avant tout, afin de calmer votre soif de savoir et confirmer notre président dans sa divination, le théodolite:

[img][/img]

Les instruments servant seulement aux mesures des angles horizontaux sont des goniomètres, ceux servant seulement à la mesure des angles verticaux sont des éclimètres et ceux permettant à la fois la mesure des angles horizontaux et des angles verticaux sont des théodolites.
Un théodolite est un instrument de géodésie complété d’un instrument d’optique, mesurant des angles dans les deux plans horizontal et vertical afin de déterminer une direction. Il est utilisé pour réaliser les mesures d’une triangulation : mesure des angles d’un triangle.
C'est un instrument essentiel en topographie et en ingénierie.
En astronomie, le théodolite sert à déterminer l’azimut par rapport au pôle céleste, et la hauteur apparente d’un corps céleste par rapport à l’horizon.
En géodésie, il sert à déterminer les angles formés par 3 sommets de montagne , ou trois points parfaitement identifiés, par exemple.
En topographie, il est utilisé dans les mesures d’un levé du territoire (levé topographique).
En archéologie, lors de fouilles, il est utilisé comme instrument de mesure de points spécifiques du relief, utilisés ensuite dans la reconstitution du site en trois dimensions.
Le théodolite peut être associé à différents instruments permettant par exemple la mesure des distances (stadia ou échelle stadimètrique), on parle alors de tachéomètre, ou la saisie automatique des mesures, on parle alors de station totale. De même, lorsque le théodolite est utilisé pour mesurer les vitesses angulaires apparentes d'un mobile, on parle de cinéthéodolite.
En artillerie, le théodolite est employé pour déterminer un point précis du terrain afin de permettre aux unités de se ‘’caler’’ topographiquement, c’est-à-dire de se rattacher précisément au cadastre. Il sert essentiellement à la détermination topographique de l’emplacement des canons sur une position, il sert aussi et surtout à assurer l’orientation et la direction des pièces, et permet de déterminer l’angle vertical minimum de tir des pièces , sous peine de canarder le paysage proche (écrêter). C’est ‘’l’arme’’ de l’officier de reconnaissance de la batterie.
Lors des deux premiers conflits mondiaux, pour les batteries de 75mm ,lors des mises en batterie inopinées, il était souvent remplacé par le goniomètre boussole, qui sur une courte distance et uniquement pour la mise en direction, rendait les mêmes services.

On va pouvoir enfin revenir à la figurine.
avatar
barreaud philippe
Ecuyer
Ecuyer

Messages : 173
Date d'inscription : 13/04/2011
Age : 70
Localisation : Nice

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: lieutenant d'artillerie, 1915

Message  philou09 le Ven 16 Nov - 0:08

Haaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa, ben voilà, on sait qui est ce fameux théo d'eau lite maintenant !!! lol!

Une nouvelle fois, merci pour ce cours magistral, je connaissais un peu la bête, mais là, il ne nous manque plus que le cours de pratique !!!! Et oui, pas de bras, pas de chocolats !!!! lol! geek scratch jocolor



Bonne continuation mon ami !! Wink
avatar
philou09
Ecuyer
Ecuyer

Messages : 107
Date d'inscription : 16/10/2012
Age : 37
Localisation : Ariège

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: lieutenant d'artillerie, 1915

Message  barreaud philippe le Ven 16 Nov - 15:07

Viens donc te pencher doucement vers l'optique, sans rien faire trembler, tourner les axes pour mettre tout ''à niveau'' et rechercher le nord magnétique ( en ayant vidé tes poches de tout métal). Tu comprendras la jubilation du professeur Tournesol!
Il y a un avant et un après ! Arrow cyclops pirat study scratch Basketball Basketball Sleep
avatar
barreaud philippe
Ecuyer
Ecuyer

Messages : 173
Date d'inscription : 13/04/2011
Age : 70
Localisation : Nice

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: lieutenant d'artillerie, 1915

Message  barreaud philippe le Sam 17 Nov - 16:29

Retour à l'artilleur:
[img][/img]
Képi de l’artillerie porté au début du XXème siècle. L’ensemble est noir.
La fausse jugulaire est dorée comme les boutons d’arme. Elle serait de cuir noir pour les canonniers et les brigadiers (caporaux).
La hongroise de la coiffe est de ce modèle pour les officiers subalternes, les adjudants chefs et adjudants.
Il s’agit ici d’un képi d’adjudant. Le galonnage de grade est à un galon qui fait le tour du bandeau et est rappelé sur le tour de la coiffe. Il est argent mêlé de petits chevrons rouges de part en part. L’adjudant chef a le galon tissé de même mais doré. Le sous lieutenant a un galon simple, doré plein.

[img][/img] Lieutenant Maurice Barbey, du 33ème RA, passé à l’aviation. Il porte la vareuse bleu horizon avec les pattes de col écarlates de l’artillerie, et le képi traditionnel alors qu’il aurait du être , soit recouvert d’une housse bleu horizon, soit complètement bleu.
Il est facile de compulser les règlements pour déterminer les détails d’une tenue, en particulier. Du moins en temps de paix où chacun vit dans l’univers restreint du quartier ( la caserne pour les troupes à pied) ou de la garnison. Pas moyen d’échapper aux regards des supérieurs et du règlement. Au front, à la guerre, il en va tout autrement. Les approvisionnements en effets arrivent beaucoup moins régulièrement, il y a d’autres priorités. Mais surtout, l’homme essaie de protéger un semblant de reste de personnalité en s’accordant parfois quelques fantaisies puisqu’il s’attend à ne plus vivre très longtemps.
Si le fantassin, au contact , recherche toutes les possibilités de ne pas se faire remarquer par l’ennemi et s’inspire fortement du caméléon, l’artilleur peut se permettre de garder une ‘’étiquette’’ d’arme un peu plus marquée. C’est ainsi que képis noirs et culotte bleu marine à bandes rouges vont s’éterniser pendant toute la guerre. En plus, c’est plus coquet que le tout horizon !
Bast, si cela n’est pas très règlementaire. Le principal est que le travail soit accompli. Or, il est maintenant prouvé que le plus grand nombre de morts allemends l’a été du fait des tirs de l’artillerie française.
Et puis, si ce n’est pas très règlementaire, la morgue des combattants envers les contrôleurs a toujours existé. Je me souviens d’un de mes grands anciens, ancien résistant, ancien de la 1ère armée , d’Indochine, parachutiste prisonnier des viets, ancien d’Algérie, qui lors d’un passage d’un haut gradé des bureaux lui répondit peut être un peu irrespectueusement ( mais avec quel plaisir malicieux….) : ‘’ malgré le respect que je vous dois, je ne me souviens pas vous avoir croisé dans les tranchées à Dien Bien Phu ! ‘’ .
La vareuse bleu horizon est du modèle général d’officier. Le col à babat permet d’y coudre les soutaches écarlates de l’artillerie (entre artilleurs on appelait çà : cul de babouin). Elles sont pointues au bas pour épouser la forme du col, et arrondies vers le haut. Sur la soutache , vers le bord supérieur sont cousus deux cordons fins bleu marine (couleur complémentaire de l’artillerie). C’est la marque des unités combattantes ( on les appelait ‘’trottoirs à punaises’’. Les anciens combattants savaient bien que c’était autour du cou et sous d’autres parties chaudes , humides et à la peau tendre du corps humains que ces charmantes bêtes aimaient venir gambader lors des séjours aux tranchées) , les services n’en portaient pas (n’étant pas au front, ils ne rencontraient pas les punaises ). Les unités particulièrement distinguées ( chasseurs à pied, légion étrangère) pour leur courage ( et le degré d’attrition de leurs unités) en reçurent un troisième.
Au bas, le N° du régiment. Il est doré pour les officiers ( en métal ou brodé en canetille) , jaune d’or pour les sous officiers et brigadiers chefs et bleu marine pour les brigadiers et canonniers.


[img][/img]
La culotte bleu nuit est celle de la tenue traditionnelle de l’entrée en guerre .
A la couture extérieure de jambes, elle porte un double ruban écarlate large entourant un passepoil écarlate lui aussi ( on appelait çà ‘’l’autoroute’’). C’est la culotte ou le pantalon ( à pied ou à cheval) de tous les artilleurs. Ces bandes deviendront par la suite, lorsque seuls les officiers les porteront , les ‘’bandes de commandement’’.
Les artilleurs de 14-18 vont essayer de garder les bandes le plus longtemps, car les effets bleu horizon n’arrivent qu’au compte gouttes mais ordre a été donné par l’arrière ( oh combien plus exposée aux critiques des politiciens qu’aux obus germains ! ….)de porter des tenues moins voyantes que le pantalon garance, en conséquence de quoi les artilleurs doivent découdre les bandes de leurs effets. Or le passepoil est pris dans la couture et est aussi important vers l’intérieur de la culotte qu’à l’extérieur. Il faut donc ouvrir entièrement les deux jambes , puis les recoudre. Les artilleurs comptent en général mieux qu’ils ne savent coudre, et rapidement on voit apparaître des jambes à moitié nues, des épingles de fortune à base de fil de fer ou de fils multicolores. C’est le général de Castelnau qui prit la décision oh combien importante de faire cesser ces pitreries, et les artilleurs en profitèrent pour garder cet article ‘’tradi’’, aussi longtemps qu’il pouvait survivre aux vicissitudes de la vie en campagne. Bien entendu, des officiers continuèrent à en faire confectionner dans le civil pendant toute la guerre.
En dernier, voici les cuirs. Avec l’arrivée de l’horizon, début 1915, les cirs sont passé du noir au brun. La graisse est moins chère que le cirage et protège mieux, et le marron correspond plus aux aléas de la campagne qu’un beau noir bien brilant.
L’étui du revolver est du type ‘’Jambon’’, à cause de sa forme particulière. Le rabat contient trois magasins de six cartouches chaque, d’où sa protubérance. L’arme par elle-même est un révolver ( et non pas un pistolet Rubis Mle 1892, à barillet de 6 cartouches. Une particularité. Ce revolver utilisé par tous les officiers de l’armée française est un revover de cavalerie, à l’origine. On le reconnait au fait que le barillet bascule vers la droite. Ceux d’infanterie basculent vers la gauche. Tout simplement parce que l’arme étant tenue dans la main droite par les fantassins est réapprovisionnée par la main gauche, alors que les cavaliers ayant le sabre à la main droite, ils tiennent le revover en main gauche et le réapprovisionnent avec la main droite. Elémentaire, mon cher Watson ! .
La peinture de la figurine :
Le visage est peint à l’huile. Mélanges habituels de TOB, TSB, ocre jaune et blanc de titane. Une pointe de rouge sous les pommettes.
Les cuirs sont à l’huile, mélanges de marrons diverset ocre jaune.
La culotte est un mélange indigo/noir de mars, éclairci au bleu de Sèvres. Les bandes rouges sont écarlates, assombries au Kaputt mortum, les ombres profondes avec un rajout de vert permanent.
Le reste est à l’acrylicre.
Képi noir éclairci au blanc, galons or et jaune d’or vieilli au ‘’fumée’’ PA,
le bleu horizon est un mélange par zones de bleu de prusse, sable irakien et noir.
La grosse question : Ouah ! , il a osé la sous couche toute noire……
Oui, l’envie m’a été transmise par Jean Paul Dana. En fait, le problème n’est pas insurmontable.
Le noir de la sous couche conserve une profondeur naturelle qui accentue le volume des creux, et a tendance à ‘’tuer’’ le trop ‘’vivace’ des couleurs. Il dé-sature et les ombres paraissent plus naturelles..


[img][/img] [img][/img]

Par contre, il ne gène en aucun ca la couleur des éclaircies. Dès la première couche claire, les autres successives vont prendre l’une sur l’autre et assurer un clair définitif propre et cohérent.


Voilà pour aujourd’hui. La pièce n’est pas terminée, rendez vous très bientôt pour la suite.
avatar
barreaud philippe
Ecuyer
Ecuyer

Messages : 173
Date d'inscription : 13/04/2011
Age : 70
Localisation : Nice

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: lieutenant d'artillerie, 1915

Message  philou09 le Dim 18 Nov - 15:52

Salut Philippe,

encore un joli cours d'histoire ponctué de tous les bons détails !!!

Merci également pour les mélanges, cela servira bien !! Wink


Hâte de voir la suite des opérations ...
avatar
philou09
Ecuyer
Ecuyer

Messages : 107
Date d'inscription : 16/10/2012
Age : 37
Localisation : Ariège

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: lieutenant d'artillerie, 1915

Message  barreaud philippe le Lun 19 Nov - 20:15

[img][/img]

avatar
barreaud philippe
Ecuyer
Ecuyer

Messages : 173
Date d'inscription : 13/04/2011
Age : 70
Localisation : Nice

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: lieutenant d'artillerie, 1915

Message  barreaud philippe le Lun 19 Nov - 20:45

Petite erreur de manip avec mon dernier message. Envoyé au lieu de prévisualisé.
Bon, çà y est, le lieutenant est terminé, Prêt pour Montreux.
En conclusions, c'est encore une fois vrai, les pièces Metal Modeles sont un régal à manipuler et à peindre. La pose est tout à fait en rapport avec le sujet ( je veux dire sans les effets de manches et les attitudes pas toujours évidentes ou appropriées de certaines marques méditerranéennes) . Conversion facile; j'en ai fait un artilleur, mon aîeul était de cette arme, j'aurais pu en faire un TTA ( totutes armes).


[img][/img]

[img][/img]

Le théodolite m'a donné deux soucis. Les trois pieds sont tellement fins qu'il est difficile de les fixer sur la plaque supérieure sans les laisser se vriller seuls. Confectionner un théodolite français de 14-18 à partir de jumelles binoculaires allemandes de 39-45, faut ôser. Ach! zes vranzais! grôss filoux! le principal, c'est d'avoir pu.
Mais le , je dirais LE gros point intressant , c'est la sous couche noire, même pour les parties claires ( visage, veste). Non seulement cela ne gène pas (le visage est huile et la veste acrylique. même combat), mais cela aide beaucoup pour la profondeur des ombres. Le noir a tendance à ressortir et guide le pinceau vers les reliefs. Il se combine bien avec les clairs et évite un phénomène de trop clinquant trop neuf.

[img][/img]

[img][/img]

Désolé, les photos ne sont pas top, j'ai voulu faire vite, j'espère qu'elles ''parlent '' suffisament.

Prochaine fig: retour sur le Scots Greys en attente, et surtout sur le cheval (huile) qui sera gris clair avec quelques taches blanchâtre dans les zones de poils noirs, sans pour autant être pommelé ( pas intéressant, tout le monde en fait...) .
avatar
barreaud philippe
Ecuyer
Ecuyer

Messages : 173
Date d'inscription : 13/04/2011
Age : 70
Localisation : Nice

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: lieutenant d'artillerie, 1915

Message  philou09 le Mar 20 Nov - 0:30

Il est vraiment magnifique cet artilleur, Philippe !!!!!!!


Tout y est, l'ambiance, la réalisation et la maitrise du sujet malgré les nouvelles techniques utilisées ... affraid Menton Menton affraid cheers Par contre, j'aurais peut être ajouté une carte sous son bras ou bien dans la main gauche, histoire d'appuyer encore plus l'idée de la position de tir d'une pièce d'artillerie ...

A voir si réalisable maintenant !! Wink
avatar
philou09
Ecuyer
Ecuyer

Messages : 107
Date d'inscription : 16/10/2012
Age : 37
Localisation : Ariège

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: lieutenant d'artillerie, 1915

Message  barreaud philippe le Mar 20 Nov - 10:00

Pas bête, la carte. Mais au théodolite on a besoin des deux mains, l'instrument donne des angles, ceux ci sont reportés sur une feuille de calculs et la carte n'intervient pas dans cette phase de mise en direction des pièces.
De plus, sur un socle comme celui là ( qui s'intègre dans une collection assez nombreuse, avec tous les mêmes socles) , Un personnage central, un buisson et un instrument, çà fait déjà pas mal. L'homme a déjà un gant à la main, alors une carte...
J'ai déjà planqué les jumelles.
Mais merci d'avoir pensé à celà.
avatar
barreaud philippe
Ecuyer
Ecuyer

Messages : 173
Date d'inscription : 13/04/2011
Age : 70
Localisation : Nice

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: lieutenant d'artillerie, 1915

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum